Est-il plus judicieux de se ranger du côté des anges aux dépens des pécheurs ?


L’engouement généralisé des investisseurs pour l’investissement durable est sans nul doute salutaire pour la société. Mais est-ce aussi profitable aux investisseurs ?










D’après nos recherches, le niveau d’exposition des sociétés au risque de controverse ESG n’a pas de réelle incidence sur le rendement. Néanmoins, les sociétés dont le profil ESG est en voie d’amélioration tendent à générer des rendements supérieurs comparé à celles dont les critères ESG se détériorent. La manière dont l’exposition d’une société aux risques ESG évolue est donc un facteur déterminant pour sa performance future.


Ne croyez que ce que vous voyez


Les controverses reflètent le risque de réputation auquel une société est exposée du point de vue ESG (p. ex. procès, incidents mortels, etc.) et peuvent être perçues comme le signe d’une incapacité à bien intégrer les questions ESG à la stratégie d’entreprise. Si les investisseurs considèrent que cette incapacité peut détériorer les perspectives d’une société, celles faisant l’objet d’importantes controverses, les « pécheresses », ont des chances de sous-performer les « anges » qui, au contraire, sont peu ou prou épargnées. Tenir compte des controverses plutôt que des scores ESG présente un avantage : les controverses publiques ne reposent pas uniquement sur des informations publiées par les sociétés, ce qui minimise l’impact de l’écoblanchiment.

L’indice RepRisk (RRI) évalue dans quelle mesure les risques ESG et les risques liés à une conduite inappropriée menacent la réputation d’une société. Pour pouvoir quantifier l’impact des problématiques ESG sur le risque de réputation d’une société, cet indice utilise un algorithme de traitement de la langue naturelle filtrant plus de 90 000 sources d’information externes (médias papier, médias sociaux, etc.) dans 20 langues différentes.

Nous utilisons trois indicateurs distincts pour quantifier le risque de réputation : L’indice RepRisk (RRI), sa variante sur 1 mois et sa variante sur 3 mois.


Évaluer l’impact des risques ESG


À chaque début de mois, nous trions les titres en fonction de l’indicateur du risque de controverse correspondant. Pour chaque indicateur, nous suivons la performance d’un portefeuille composé de sociétés figurant dans le premier décile du risque ESG, dans le dernier décile et la différence entre le premier et le dernier déciles au cours du mois suivant. Nous rééquilibrons le portefeuille chaque mois en fonction de la valeur de l’indicateur du risque de controverse et rapportons la performance absolue des portefeuilles dans chaque région, ainsi que leur performance corrigée du risque.


Market Insight Octobre 2020


Guido Bolliger, CIO & Dries Cornilly, Investment Analyst, Asteria IM


Subscribe to our newsletter

© 2020 by Editions Mancassola

swissnews.info is committed to ensuring the security and protection of the personal information that we collect and process, and to provide a compliant and consistent approach to data protection. If you have any questions related to our GDPR compliance, please contact us.