REYL Monthly Investment Outlook for May 2020

Updated: Jul 9



AT A GLANCE - Is the Fed’s put back at work?

- Hammered value names close to a bottom?

- Selectivity is key in the credit space. - For now, the USD remains resilient despite Fed’s balance sheet surging.


Les indicateurs de stress reviennent à la normale


Après l'échec en mars de tentatives, lorsque la banque centrale américaine a décidé de réduire les taux de 150 points de base durant deux réunions d'urgence, il semblerait qu’un nouveau tournant ait été l'achat d'une quantité illimitée d'obligations, QE infinity. En effet, les écarts de crédit ont considérablement diminué et le marché boursier américain a récupéré 50 % de ses pertes depuis lors. Les indicateurs de stress reviennent par ailleurs progressivement à la normale. Les principaux investissements à risque sont-ils en droit d'escompter une solide reprise économique pour le troisième trimestre ainsi que les suivants ? Ou sont-ils pris de court, poussés par les injections massives de liquidités qui ont inondé le système ?


Il y a en fait une rupture évidente entre Wall Street et Main Street. Les chiffres économiques sont déprimants et sans précédent, avec les chiffres du chômage qui continuent à augmenter. Aux États-Unis, 30 millions de personnes ont déposé des demandes de chômage au cours des six dernières semaines, et les emplois ont été fortement réduits dans la dernière publication du rapport sur le travail (19,5 millions d'emplois à la trappe). Une hausse du taux de chômage sera probable pour 2020 étant donné la hausse supérieure à 10% cette semaine (14,7 % selon la dernière rapport). En Europe, jusqu'à 59 millions d'emplois sont en péril, selon le dernier rapport de McKinsey, et ces développements négatifs auront un impact significatif sur le secteur des services par le biais de la demande, qui subira de sérieux revers. En fait, la dernière publication de Markit Eurozone Service était à 11,7, prouvant ainsi que le verrouillage total des pays s'avère toujours néfaste pour de nombreux secteurs.


Bien que les gouvernements et les banques centrales devraient contribuer à atténuer l'ampleur de certains chocs négatifs, la réalité s’avèrera une grave récession économique, avec le FMI qui prévoit une contraction en 2020 du PIB mondial de 3%. Dans l'intervalle, les évaluations des marchés des actions sont en train de dépasser les niveaux supérieurs atteints en décembre 2019, cela prouve que l'ancien schéma de financement du marché, dans lequel le comportement des indices actions est dicté par des injections de liquidités, est toujours en vigueur.


Cédric Özazman, CIO, Nicolas Besson, Deputy CIO and Marco Bonaviri, Senior portfolio manager

Nous reconnaissons que la valorisation en elle-même n'est pas un bon indicateur actuellement pour investir dans des actifs risqués, mais lorsque les marchés ont déjà fixé le prix de la perfection, c'est-à-dire une reprise économique en forme de "V" au troisième trimestre, il y a peu de marge pour faire face à des chocs externes inattendus. Par conséquent, le taux de croissance à moyen terme avéré au risque s'est récemment détérioré.


MONTHLY INVESTMENT OUTLOOK May 2020

Subscribe to our newsletter

© 2020 by Editions Mancassola

swissnews.info is committed to ensuring the security and protection of the personal information that we collect and process, and to provide a compliant and consistent approach to data protection. If you have any questions related to our GDPR compliance, please contact us.