Gouverner, c’est prévoir !


La chronique de Xavier Comtesse

Dans le cas de la pandémie du Coronavirus (SARS-CoV-2), on peut le dire aujourd’hui, ce fut un terrible échec… notamment par manque d’anticipation de la plupart des gouvernements et la Suisse n’y fait pas exception.


Du déni initial au manque de matériels (masques, lits de réanimation, respirateurs, pas de vaccins en quantité suffisante) … bref ce fut une gestion chaotique -au jour le jour par manque de prévision ou de vision.

une gestion chaotique -au jour le jour

Voici 3 approches qui pourraient aider nos gouvernements dans la gestion future de cette crise sanitaire :


L’immunité collective ne sera jamais atteinte


1.- L’immunité collective ne sera jamais atteinte et donc le virus continuera à faire des ravages. Trop de personnes ne voudront jamais être vaccinés. On parle d’un taux avoisinant les 80% de gens vaccinés pour atteindre l’immunité collective et on évoque dans le même temps, 30 à 35 % de gens qui vont faire de la résistance. Cette équation doit être résolue. Les gouvernements doivent dès aujourd’hui anticiper cette réalité afin de ne laisser aucune chance de victoire au virus. Il faut s’y préparer dès à présent. Comment ? Ne pas vraiment laisser de choix à la population. On est en « guerre ». Le mal est d’importance nationale, pas individuel. Le meilleur moyen pour y parvenir, c’est de rendre le passeport vaccinal obligatoire, notamment pour passer les frontières.


2.- Nous sommes entrés dans le temps des pandémies du SARS, à l’instar des grandes pestes du Moyen âge. Le SARS- COV-1 est apparu en Chine en 2002. Il s'est répandu en quelques mois à travers la planète mais sa propagation a été rapidement maîtrisée. Le SRAS est un virus qui se transmet par les gouttelettes propulsées dans l'air lorsqu'une personne tousse, éternue, chante ou parle. Il s’agit d’un virus appartement à la famille des coronavirus dont les propriétés n’avaient jamais été observées auparavant. Habituellement, les coronavirus sont à l’origine chez l’homme de rhume sans gravité. Le SARS- COV-1 infectera 8'000 personnes et fera 800 morts. En 2019 apparaît toujours en Chine, un second virus de la même famille appelé SARS-CoV-2. Celui-ci sera beaucoup plus virulent. On dénombre aujourd’hui 130 millions de personnes infectées et près de 3 millions de morts. On peut considérer comme probable que d’ici 10 ans, un SARS-CoV-3 va apparaître. Il faut s’y préparer dès aujourd’hui. Comment ? Le système de santé national doit entrer définitivement dans l’ère digital. Il faut passer au tout digital et surtout à l’IA (Intelligence Artificielle) seule capable de prendre des décisions hors d’un contexte émotionnel et politique.


3.- Des activités économiques vont disparaître avec les mesures de distanciation sociale. Les salles de cinéma par exemple. On ne va plus s’entasser dans des salles obscures pour voir des films ! Pour quatre raisons : d’abord la rentabilité économique désastreuse que connaît depuis plusieurs années les salles de cinéma, ensuite «Netflix qui a tué la projection sur grand écran au profit du petit écran puis les jeux vidéo qui sont devenus une industrie beaucoup plus importante que le cinéma. Et finalement, les nouveaux comportements des consommateurs, notamment les jeunes, face aux films qui préfère de loin les séries, pas du tout adaptés à la projection en salles ! Il faut s’y préparer dès maintenant. Comment ? Rééquilibrer les subventions fédérales entre une culture cinématographique et les nouvelles formes comme les jeux vidéo plus proches de la réalité des jeunes.