Inyova publie son indice d'impact qui reflète les tendances de l'investissement à impact en Suisse


Pour la première fois, Inyova publie son indice d'impact qui reflète les tendances les plus importantes de l'investissement à impact en Suisse.



Publiée à fréquence trimestrielle et effectuée à partir d’un important volume de données, l’indice repose sur une évaluation de plus de 5 000 portefeuilles et se concentre sur les critères d'exclusion des différentes générations. L'étude a analysé les thèmes d’investissements exclus par les différents groupes d'âge, ces derniers peuvent choisir en effet les thèmes selon leurs propres valeurs.


Les différences majeures ont été constatées sur les thèmes de l'énergie nucléaire et des alternatives végétales. Près des trois quarts des plus de 51 ans ne veulent pas d'investissements dans des entreprises liées à l'énergie nucléaire. Chez les moins de 30 ans, ce chiffre n'est que de 45 %. L'une des explications réside dans l'expérience de la tranche d'âge : "Les investisseurs de plus de 50 ans sont peut-être encore plus sensibles aux grandes catastrophes comme Tchernobyl et Fukushima que les Millennials. Il se peut donc que les personnes d'âge moyen aient tendance à exclure complètement l'énergie nucléaire de leurs portefeuilles. Personnellement, j'ai décidé après Fukushima que je souhaitais exclure l'énergie nucléaire. Je suis convaincu que les objectifs climatiques de l'Accord de Paris peuvent être atteints sans le nucléaire", déclare Beat Walther, 58 ans, client d'Inyova depuis 2020.


"La majeure partie des investisseurs à impact de la communauté Inyova s'accordent à dire que l'énergie nucléaire n'est pas une solution à long terme face à la crise climatique", déclare Cristian von Angerer, directeur des investissements. "Mais la situation n'est pas noire ou blanche. Par exemple, un nombre restreint de compagnies d'électricité sont engagées dans les énergies renouvelables, mais aussi dans l'énergie nucléaire. Nous laissons nos investisseurs décider eux-mêmes s'ils en tiennent compte dans leur stratégie d'investissement ou s'ils excluent strictement toute entreprise ayant des liens avec le nucléaire. Les données montrent un fort clivage générationnel dans cette décision."


"Les tendances générationnelles sont également évidentes sur d'autres thèmes",

Par exemple, si la viande conserve son caractère durable ou si les alternatives végétales sont une solution. Parmi les trentenaires, 40 % des investisseurs sont critiques à l'égard de la viande et ne comptent pas ces entreprises dans leurs portefeuilles. Parmi les plus de 51 ans, seuls 28 % excluent les entreprises ayant une production de viande ou un contenu de production de viande.

Les transports du futur et les leaders du numérique prioritaires pour les jeunes investisseurs


En plus des critères d'exclusion, les investisseurs chez Inyova peuvent choisir certains sujets pour leurs investissements qu'ils considèrent personnellement comme particulièrement importants et sur lesquels ils souhaitent mettre l'accent. Ces "handprint", c'est-à-dire les produits et services d'une entreprise, ont le plus grand impact écologique et social sur l'environnement et sont donc plus pondérées que l'empreinte écologique (l'impact opérationnel d'une entreprise). Les deux types de sociétés que les jeunes ont tendance à choisir pour leur portefeuille sont les transports du futur et les leaders du numérique. Par exemple, 83 % des moins de 30 ans estiment qu'il est important d'investir dans le thème des transports du futur, soit 17 % de plus que chez les plus de 50 ans. "Nous pouvons le voir très concrètement dans les investissements dans des entreprises telles que Tesla ou Nel, une société internationale qui propose des solutions pour la production, le stockage et la distribution d'hydrogène à partir d'énergies renouvelables", explique M. von Angerer. Au-delà du choix des thèmes d’investissement, les clients d'Inyova ont la possibilité de sélectionner des titres individuels et donc des entreprises individuelles. Les entreprises ont toutes un point commun : elles sont durables dans la mesure où elles ont un impact positif pour un monde meilleur en termes de climat, de genre, d'éducation, etc. Même dans le cas des leaders du numérique, qui comprennent des entreprises telles que Spotify, Adobe Systems ou Fire Eye, ce sont généralement les jeunes générations soit 71 % qui investissent dans ce secteur. Chez les plus de 50 ans, ils ne représentent que 52 %.


L'indice Inyova Impact est publié trimestriellement. Le prochain indice sera publié le 1er janvier 2022.