Les droits des enfants dans l’environnement numérique

Nos enfants ont besoin d’une protection particulière lorsqu'ils sont en ligne et doivent apprendre à éviter les dangers, tout en utilisant de manière optimale internet. En bref, ils doivent devenir des citoyens numériques. Les risques auxquels ils doivent faire face sont protéiformes et multiples. Citons le cyber‑harcèlement, les questions liées à la protection des données, la sollicitation à des fins sexuelles (« grooming »), la cybercriminalité et la pornographie.


Plusieurs initiatives ont vu le jour pour tenter de formaliser le bouclier de protection à implémenter à cet effet. Parmi celles-ci, la récente déclaration du comité des ministres de l’Union européenne mérite notre attention. Cette déclaration invite les États membres à renforcer la protection de la vie privée et des données personnelles des enfants, notamment leurs données de santé et celles collectées dans le cadre éducatif, en particulier dans le contexte de la pandémie de Covid-19, pour réduire les effets potentiellement néfastes de l’identification publique d’un enfant atteint de la Covid-19. À l’heure où la vaccination des enfants entre dans le champ du débat sociétal, cette mention spécifique est pertinente.


Le contexte actuel a également eu un impact sérieux sur la pleine jouissance de leurs droits fondamentaux. En particulier, la traçabilité des activités des enfants dans l'environnement numérique peut les exposer à des activités criminelles, telles que celles déjà décrites. À l'heure actuelle, la compréhension de l'impact à long terme du traitement des données biométriques, du suivi et de la surveillance numériques, de la prise de décision automatisée et des activités de profilage sur le bien-être et les droits des enfants est encore limitée. La dépendance croissante à l'égard des systèmes fondés sur l'intelligence artificielle (IA) peut entraîner à la fois des défis et des possibilités pour la pleine jouissance des droits de l’homme par les enfants.


Nous sommes dans un brouillard qui doit nous inciter à la prudence

En clair, nous sommes dans un brouillard qui doit nous inciter à la prudence et simultanément à l’action. Pour promouvoir les droits de l’enfant dans cet environnement, il est notamment proposé aux États de collaborer pour faire face conjointement aux risques posés par le développement des systèmes d'IA et prendre toute mesure supplémentaire pour s'assurer que le partage, l'accès et l'utilisation des données des enfants sont effectués conformément à l'intérêt supérieur de l'enfant. La Suisse serait bien inspirée d’agir sans tarder, pour éviter l’émergence de zombies numériques, dépendants des GAFA pour chaque décision ou action de leur vie quotidienne.